Rencontre avec Pierre André Saladay, Maître principal de la marine Nationale.

 

Le rendez-vous » magique  »  avec le maitre principal Pierre-André Saladay, expert en sauvetage en mer au sein de la flottille 24F. Une rencontre d’une heure quarante, technique, humaine et bienveillante.

Détecteur navigateur aérien et coordinateur tactique à bord des avions Falcon 50 de la Marine nationale, il effectue depuis 25 ans des missions de recherche au profit des naufragés sur l’ensemble du globe. La sécurité est au cœur de son travail, de sa vie, de ses préoccupations en tant qu’expert.

En préambule, il a rappelé les enjeux et la problématique des recherches en mer, puis je lui ai présenté le premier modèle de kit de mon invention : BAB ‘So.

Pierre-André, « Polo » pour les initiés, a tout de suite noté la cohérence entre ce kit et les conseils qu’il offre aux plaisanciers lors de ses briefings sécurité :

« En mission, notre souci est de repérer les naufragés qui ne sont pas visibles. »

Il poursuit : « Une balise EPIRB de détresse permet de positionner les victimes avec une précision d’une centaine de mètres, mais pour guider les moyens de secours et larguer du matériel nous devons voir notre cible. »

Puis en conclusion, il souligne un détail sur les méthodes de patrouille : « Dans le cas des recherches côtières, peu de plaisanciers sont équipés de balises de détresse électronique, et seuls les moyens de signalisation lumineux et colorants restent le socle pour l’élaboration de nos patterns de sauvetage au radar, à la caméra infrarouge et à la vue »

Le kit BAB’So est donc le contre-pied total de tout ce qui se fait actuellement, grâce à sa fiabilité de fonctionnement basée sur une technique sans réseau, ni batterie, à sa légèreté, et à la présence de beaucoup de composants nécessaires pour une bonne détection visuelle.

De nombreuses évolutions que j’ai envisagées ont également été confirmées lors de cet échange. Fruit de plus de 3 années de travail, d’invention, de recherche et de développement, la BAB ‘So prend désormais une autre dimension.

En écoutant les récits de Pierre André Saladay, ce matériel répondra donc aux besoins des surfeurs, planchistes, kites surfeurs, kayakistes… et même plaisanciers au large qui n’ont pas été retrouvés faute de matériel de signalisation.

Pierre-André Saladay m’a remercié et félicité pour mon intérêt et travail autour de la sécurité, m’ expliquant que nous sommes bien peu à nous en soucier. Il m’ a ouvert son carnet d’adresse afin de me faciliter mon travail de recherches, d’essais et de sourcing.

Je lui ai proposé d’être en retour le relais des instructions de sécurités qu’il préconise par le site des Balises Appel Bienveillance ®  www.bab.bzh , ce qu’il a accepté pour le bien des usagers de la mer.